ob_a96c63_tumblr-ls7lw0rsyy1qbhp9xo1-1280Le couloir ondule de sa blonde condition et son sillage tempête d’essences de patchouli et de castoréum. Son passage dévaste et son oeil annihile ; il est Alexandre aux portes d’Ispahan ou Mitridate disputant la Pahlagonie aux pahlagoniens. Son teint même intimide, car il est d’albumine, de nacre et de soie d’organdi. Sa voix est celle de la bise passant dans les boucles d’Hercule, elle est un rendez-vous au cimetière des Parques, où l’encens amer pique la gorge d’incisions de néroli. Elle est une corde pincée par un janissaire amoureux qui épuise les sentiers pourpres où s’ébrouent syrrhaptes, talèves et tétraogalles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s