Interview – Julien Blanc-Gras pour « Paradis (avant liquidation) »

Enquête dans un pays qui prend l’eau. Ou le (seul) bon côté du réchauffement climatique.

Julien Blanc-Gras s’endormait, quand il était petit, en pressant un Atlas contre son cœur. Sa seule obsession aura été de visiter chacun des pays du globe, se moquant des maladies tropicales, de la junte hirsute, du piétinement des hippopotames ou – pire – des touristes allemands en sandales. Dans  » Paradis (avant liquidation)  » son nouvel opus, il se rend aux Kiribati, un état archipelagique d’Océanie menacé de disparition par le réchauffement climatique – un sujet déjà traité par J. Maarten Troost dans La Vie Sexuelle des Cannibales (Folio : 5583). L’enquête qu’il mène est déconcertante en ce sens qu’il est rare qu’un peuple tout entier prévoie à court terme d’aller s’installer sur un lopin de terre acheté à cet effet par une présidence bienveillante ; et la galerie de portraits indigènes rappelle – par son élégante nonchalance – un Albert Londres qui aurait compulsé son San Antonio.

Publicités

Daniel Harding à propos de Claudio Abbado

La semaine dernière, j’ai eu la chance de m’entretenir un bref instant avec Daniel Harding dans le cadre de l’hommage que rendait Musiq’3 à Claudio Abbado. Ce n’est un secret pour personne mais Harding a été un des poulains d’Abbado. Je m’attendais à parler à un artiste pressé et expéditif, il a – bien au contraire – pris le temps de parler de son illustre aîné, d’une voix émue et sincère. Je retranscris ici une partie de ce témoignage, rapidement traduit. L’entretien complet est disponible – en audio et en anglais – en pied-de-page.

« Si vous faites le tour des grands orchestres européens, vous n’en trouverez pas un seul dans lequel il n’y a pas un petit groupe d’hommes et de femmes qui se sont révélés artistiquement dans l’un des orchestres créés par Claudio Abbado. Il existe une génération de jeunes musiciens édifiée grâce à ces institutions qu’il a fondées : l’Orchestre des jeunes de la Communauté Européenne, le Mahler Chamber Orchestra et tous les autres. Donc, Claudio Abbado fut non seulement cet immense chef d’orchestre que tout le monde connaît mais aussi l’artisan de conditions d’apprentissage qui ont permis à tant de jeunes de devenir ce qu’ils sont, grâce à l’écoute et grâce à cette conception de l’orchestre qui en fait un ensemble de musique de chambre à grande échelle. Cela aussi fait partie de son incroyable héritage.

Que s’est-il passé pour vous à Aix-en-Provence à la fin des années 90 ?

C’était en 1998. Il y avait une production de Don Giovanni au Festival d’Aix-en-Provence. Elle devait être mise en scène par Peter Brooke, ce qui – en soi – constituait un événement planétaire. Peter Brooke n’avait plus touché à un opéra complet depuis Salomé à Covent Garden avec Sir Thomas Beecham et Salvator Dali, cinquante ans plus tôt. Stéphane Lissner, alors directeur du Festival d’Aix-en-Provence m’avait demandé si j’avais envie de diriger cette production, ce qui me rendait très nerveux vu que je n’avais que 22 ans. J’en ai longuement parlé à Peter Brook qui m’a beaucoup rassuré en disant que l’équipe serait constituée de jeunes, que le temps de répétition serait extrêmement long et que nous aurions tout le temps du monde pour développer, calmement et sans pression, notre conception commune de l’œuvre. Et Claudio Abbado, dont c’était le rêve depuis de nombreuses années de collaborer avec Peter Brooke, s’est aussi engagé dans le projet. Il était dès-lors évident qu’il dirigerait la première et que moi, son assistant, je dirigerais quelques représentations suivantes. Seulement, le Festival a décidé de ne pas communiquer les dates des distributions, personne ne savait qui dirigerait et quand – c’était la philosophie de Peter Brooke et de Claudio Abbado : « on ne vous dit pas qui dirige, on ne vous dit pas qui chante, contentez-vous de venir voir la production ». Et ça, ça avait vraiment le don de plaire à Claudio ; toute action permettant de dénoncer les petits travers de notre métier le mettait en joie. Et quand on lui demandait quand il dirigerait, il refusait absolument de répondre, se contentant d’inviter les gens à venir à n’importe quelle date. Bien sûr, les gens se disaient qu’en achetant des tickets pour la première, ils verraient Abbado. C’était tellement mal le connaître. Il m’a offert cette première. Alors bien sûr, ce fut un geste gentil et généreux envers moi, mais il l’a aussi fait pour dire aux gens : « arrêtez de vous préoccuper des interprètes avant de vous préoccuper de la musique ». Et c’est ça l’essence même de la leçon qu’il nous a transmise : « la musique avant toute chose et l’écoute des autres ». Son génie en tant que chef d’orchestre aura été d’être capable d’aider ses musiciens à comprendre et à concevoir une œuvre mais aussi de leur laisser l’espace nécessaire au développement de leur propre créativité, avec – au concert – une présence d’une bienveillance indicibles. Merveilleux. »