La crise du disque a considérablement complexifié les enregistrements d’opéra. Il faut réunir un orchestre, un chef, un chœur, une brochette de chanteurs, tout cela pendant cinq jours, dans un studio qui n’est généralement pas bon marché, avec un ingénieur du son et un directeur artistique. Bref, c’est assez impayable. Dans les années 50, 60, 70 et 80 on a enregistré à tour de bras, chez Decca, EMI ou Deutsche Grammophon, sortant environ tous les cinq ans une nouvelle version studio de Don Giovanni, une nouvelle Traviata, un nouveau Ring, une nouvelle Tosca avec les stars de l’époque : Maria Callas, Luciano Pavarotti, Joan Sutherland, Placido Domingo, etc. etc. Les coûts faramineux du plateau étaient absorbés par les ventes et le modèle économique de l’opéra enregistré ronronnait tranquillement.

Au début des années 90, le consommateur a été confronté à une révolution de support ; lui qui – patiemment – s’était constitué une collection de disques vinyle, achetant – pour les plus passionnés – toutes les versions des symphonies de Beethoven qui tenaient en huit galettes, pouvait tout recommencer à zéro à cause du disque compact, lequel disque compact offrait tellement d’avantages par rapport au support sortant que même les plus ronchons furent heureux de s’essayer à l’expérience.

Mim2Seulement voilà, à peine dix ans plus tard, c’est un nouveau support qui fait son apparition – mais peut-on parler d’apparition ? – dans la mesure où le MP3, comme la bactérie qui s’attaque à Madame Mime dans Merlin l’Enchanteur, est un support immatériel, invisible à l’œil nu, qui existe, certes, mais très impalpablement. Il est léger, on le stocke en masse, on le dépose sur un petit disque dur portable muni d’écouteurs qui nous permettent de trimballer avec nous l’équivalent de cent cinquante disques compacts ; ceux qui naguère passaient une heure à ranger dans une pochette la petite dizaine de disques qu’ils allaient écouter dans la voiture sont un peu décontenancés car désormais ils peuvent se promener avec deux versions des concertos de Beethoven, une intégrale de l’œuvre pour piano de Ravel, tous les opéras de Puccini et quelques chansons de Barbara et de Jacques Brel.

1115881Révolution copernicienne – une de plus – qui allait confronter le consommateur pour la seconde fois, en même pas quinze ans, à l’obsolescence de sa collection de disques, constituée moyennant un investissement plus ou moins faramineux. Ce n’est pas drôle de voir son château de sable s’effondrer une première fois, mais quand il s’effondre une seconde fois, on est tenté de renoncer purement et simplement à l’édification de châteaux de sable. Reste que ceux qui avaient investi dans le vinyle puis dans le CD pouvaient continuer à jouir paisiblement de leurs acquisitions, rien ne leur interdisait de constituer une collection tricéphale constituée de 33tours, des disques compacts et d’enregistrements dématérialisés. Seulement, le principe d’invisibilité du support, pour le collectionneur, est un peu désagréable. Un collectionneur aime contempler son patrimoine, passer son doigt sur la tranche de ses disques et s’enivrer de la vision de ses milliers de petits coffrets de couleurs différentes qui donnaient aux salons cossus l’apparence de rubik cubes.

Et puis, le MP3, scientifiquement, c’est une saloperie. C’est un truc qui vous compresse la musique, affadit ses harmoniques, embue sa dynamique, c’est une véritable cochonnerie ; en un mot : le mp3 est au mélomane ce que le cabernet d’Anjou est à l’œnologue. Puis, au début, ce n’est que pour les pirates, pour les téléchargeurs illégaux, qui bravent des législations molles et des réprimandes tellement vagues que l’infraction au copyright devient normatif, un sport national, pratiqué dès le berceau. Il faudra attendre plusieurs années pour que des sites sérieux offrent des fichiers de téléchargement dignes de ce nom, avec une compression minimale, impossible à détecter à l’oreille nue. Mais parallèlement, le CD – support ringard, pouilleux, honni et méprisé – ce bon vieux CD continuait à sortir par milliers tous les mois. L’ampleur du rayon FNAC, année après année, fondait comme la banquise sous le soleil de juillet, les disquaires indépendants mettaient la clé sous la porte, des firmes de disques fermaient, des distributeurs s’effondraient, envoyant par brouettes entières des besogneux de l’industrie discographique pointer au chômage. Mais le disque, lui, demeurait.

Et nous voilà arrivé à une situation absolument fascinante qui voit le disque agoniser depuis maintenant dix ans, sans donner de réel signe d’extinction définitive, comme ces vieilles tantes dont on espère ouvertement le trépas pour refaire la cuisine mais dont on sait, finalement, qu’elles ne partiront jamais. L’alternative numérique présentée comme pérenne n’a jamais réellement pris, rétribuant tellement chichement les artistes que certains n’hésitent pas à parler de vol et le collectionneur, lui, ne sachant pas trop dans quelle direction investir, se dit que le plus simple est de ne pas investir.

renatatebaldiLe résultat, c’est qu’il n’existe plus vraiment de modèle économique pour le disque. Dans la plupart des cas, on demande aux artistes de financer leurs propres enregistrements. Dans tous les cas – à une ou deux exceptions près – les malheureux n’en vivent plus. Jadis, Renata Tebaldi, après une Tosca, pouvait investir dans un renard blanc, qu’elle jetait sur ses épaules. Aujourd’hui, on vise plutôt le similicuir. Tant mieux pour les renards. Quelques producteurs demeurent qui construisent leurs budgets d’enregistrements comme un château de cartes. On trouve mille euros par-ci, mille euros par-là, on remplit six dossiers de mécénat, cela prend des heures et on prie d’avoir au moins une demi réponse favorable. Avec ça, si le disque ne vend pas 2000 exemplaires, c’est la perte sèche. Voilà pourquoi aujourd’hui, quand vous écoutez un disque qui vient de sortir, si vous tendez un peu l’oreille, par-delà le raffut des notes, vous entendrez le soupir d’artistes et de producteurs, qui auront misé leur chemise et leurs économies pour que la musique sonne, sonne, sonne…

Chronique de la Matinale de Musiq’3 du 15 juillet 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s